Festival des solidarités 2024

Partout, sous toutes les formes possibles, organisons et participons à des Rencontres de la FRATERNITÉ ! C’est avec cette invitation que les vœux 2024 de la LOCO se terminent.

Ce samedi 20 janvier, La Loco et le Collectif de solidarité en Brivadois  invitaient les habitants du territoire à venir participer à la soirée de solidarité organisée dans le cadre du Festival des Solidarité.

Une soirée aussi diverse que le monde pour fêter la solidarité vécue tous les jours autour de La Loco et des associations caritatives du territoire et pour donner la parole aux réfugiés. Une soirée qui avait lieu la veille de l’appel des Associations et des politiques à manifester contre la Loi Immigration dite DARMANIN. C’est sûr que le contexte donnait le ton de la soirée !

Un bus était prévu pour permettre aux habitants du CADA de venir. Une bénévole était présente sur le site un peu avant l’arrivée du bus pour rameuter les volontaires et accélérer les retardataires. Les personnes étaient à l’heure pour le spectacle.

Image
Festisol


400 personnes environ ont répondu à l’appel et selon les échos, elles ont été impressionnées par ce moment fort de témoignages, de messages et de partages. « Cela faisait du bien de vivre cette soirée en communion avec des personnes qui partagent les mêmes convictions et engagements. » disait l’un des participants en sortant.

Le ton de la soirée était donné dès les mots d’accueils. D’abord par Michel, du collectif  de solidarité en Brivadois, qui rappelait les engagements au quotidien auprès des personnes précaires du territoire de chacune des associations qui compose ce collectif. Puis par Jean-Paul, Président de la LOCO, qui a rappelé l'état de notre monde d'une année sur l'autre, et force est de constater que, comme l'âge, ça ne s'arrange pas et c’est un euphémisme, on pourrait même dire « ça empire grave ».

Mot d'accueil pour Festisol | La Loco

Il ouvrait le spectacle qui suivait en disant :  « Ce que vous allez voir ce soir, c’est ce que des personnes du territoire, au sein de la LOCO, cherchent à mettre en place pour essayer de transformer les mentalités et construire un monde plus humain pour tous. Pour tous, les personnes qui demandent l’asile en France et les habitants de ce territoire. 

Et c’est la rencontre de ces diverses personnes que la LOCO recherche à travers ses diverses actions. C’est la construction du Vivre Ensemble contre le racisme et les discriminations ! C’est l’aide et l’accompagnement aux droits et à la citoyenneté contre la suppression des services publics en monde rural ! »

C’est, face à ce monde, la volonté de la LOCO et de ses partenaires de vivre des moments de solidarité et d’amitié !

Se sont suivies une succession d’interventions, amenées avec justesse par Vincent, toutes aussi riches les unes que les autres :

Des poèmes :

"Soleil" lu par Geneviève, Sifatullah et H.

"Ainsi l'être humain est une auberge" de Rumi lu par G. et Sifatullah (L'être humain est une auberge - Djalâl-od-Dîn Rûmî)

"Liberté" lu par Geneviève, Sifatullah et K.

"Nous aussi, nous aimons la vie" de Mahmoud Darwish lu par Paule, Sifatullah et H.

Des chansons  interprétées par A. et accompagnées par les musiciens : Eric ; Fred, Jean-Paul, LB., G.

Image
Festisol 2023


Intro-Impro


Malaika


Bwana nipe pesa


Jambo bwana


Nous aussi, nous aimons la vie composée pour Festisol

 

Nous qui franchissons les frontières
Nous qui quittons nos pères nos mères
Nous qui v'nons trimer sur vos terres
Nous qui nous noyons dans vos mers

Nous aussi nous aimons la vie
Quand nous en trouvons le chemin

Nous les écorchés de la vie
Nous les bras cassés en sursis
Nous les inutiles les baltringues
Qui vous coût'nt un argent de dingues

Nous aussi nous aimons la vie
Quand nous en avons les moyens

Nous que l'on oublie dans le noir
Vieux qu'on abandonne au mouroir
Nous les sans-le-sous les sans-dent
Nous les illettrés les fénéants

Nous aussi nous aimons la vie
Si nous en trouvons le chemin

Nous qui survivons sous les bombes
Nous dont les maisons sont nos tombes
Nos enfants qui vivent vaille que vaille
Jouent dans les rues sous la mitraille

Nous aussi nous aimons la vie
Quand nous en trouvons le chemin

Nous à qui on vole mêm' les mots
A quion donne des noms d'animaux
Nous les invisibles crèv's-la-faim
Nous qui n'comptons vraiment pour rien

Nous aussi nous aimons la vie
Quand nous en trouvons le chemin

Nous qui franchissons les frontières
Nous qui quittons nos pères nos mères
Nous qui v'nons trimer sur vos terres
Nous qui nous noyons dans vos mers

Nous aussi nous aimons la vie

 

Des témoignages :

Celui de Jacques et de J. : Jacques a présenté les Restos du Cœur dont il est le président. L’association œuvre auprès des publics précaires pour leur proposer des aliments. J. partage sa joie d’avoir été accueilli au sein de cette association et d’y avoir trouvé comme une famille. Il dit l’importance pour lui de participer aux besoins de l’association.

Image
festisol-2023


Témoignage de LB. sur les raisons de son départ de RDC. Témoignage clair et concis qui a présenté le pays et les raisons de son départ. Occasion de mieux comprendre ce que vivent les personnes qui arrivent au CADA.

festisol-2023


Témoignage de G. et de Josette du Planning Familial : L’une a présenté l’Association du Brivadois. Association militante féministe et d'éducation populaire, le Planning accueille pour répondre aux questions en matière de santé sexuelle et de sexualités, informe sur les droits et accompagne les visiteurs dans leurs choix.

festisol-2023


Témoignage de Pierre, J. et Gloire. Pierre est professeur d’histoire/Géographie au sein d’un collège du territoire. Il doit enseigner les migrations. Il lui semble judicieux de présenter aux élèves les témoignages des résidents du CADA en lien avec la LOCO. Visites dans les collèges de Sainte Florine et Brassac les Mines | La Loco

festisol-2023


A l’occasion de ces témoignages, il a découvert la LOCO. Étant responsable d’une association de judo, il propose à des résidents du CADA de participer. Des bénévoles de la LOCO transportent les gars jusqu’à Vézézoux. Lors de la soirée, il a souhaité remettre la ceinture jaune à J., l’un des résidents qui a rejoint l’association. Initiation judo | La Loco

Intervention de Didier sur la formation du Diplôme d’Initiateur Sportif pour les résidents du CADA. Depuis 2015 que Léo gère un centre d’accueil, l’Union Sportive est présente auprès des résidents du CADA. Elle porte en elle cette volonté d’être auprès des publics fragilisés. Initiation sportive | La Loco

Suite à l’intervention, Didier a remis, au nom de l’Union Sportive Léo Lagrange, le Diplôme d’Initiateur Sportif à 4 résidents du CADA :
Sifatullah, Khamis, G. et GM.

Puis sur le dispositif Léo Sport Job, en partenariat avec la Mission Locale, qui propose des temps où la pratique sportive est un moyen pour développer ses compétences psychosociales. Léo Sport Job est un lieu privilégié d’échange et de dépassement de soi. Le sport comme soutien pour travailler sur la confiance en soi, la coopération, l’entraide-solidarité, la citoyenneté, savoir prendre une décision, s’exprimer en public …. Leo Sport Job | La Loco

Témoignage de G. et Alexandra : "Les Brindilleuses" avaient proposé à la LOCO un projet artistique et participatif en vannerie aléatoire. La création d’un grand visage en vannerie. Le concept derrière l’œuvre d’art était de créer ensemble avec les demandeurs d’asile un visage pour représenter les invisibles, les demandeurs d’asile « cachés » à Saint Beauzire. L’œuvre présente sur la scène du spectacle avait été exposé tout l’été au festival d’art brut Godiv’Art. "Création de vannerie aléatoire avec les  Brindilleuses" et "Les Brindilleuses: une nouvelle œuvre à Brioude"

Festisol 2024


Témoignage de K. et de Thérèse : Tous deux participent à La Tablée. Fruit de longs mois de réflexions et de travail, le restaurant solidaire La Tablée a ouvert en janvier 2023 dans les locaux de La Clef à Brioude. A l’origine, l'opération "Se nourrir du monde" menée par Soleil Devant et à laquelle participent aussi le Secours Catholique, la Mission Locale, les Restos du Cœur, La loco et d'autres bénévoles.

https://laloco.org/blog/la-tablee-six-mois-deja

Cette expérience, après plus d'une année d'Ateliers de Repas partagés, avait débouché sur la constitution et l'ouverture d'un restaurant solidaire La Tablée.

 

Une vidéo micro-trottoir ‘A quoi rêves-tu ?’ réalisée par Pierre, Anne-Lena et Jean-Paul auprès de plusieurs demandeurs d’Asile.

 
Des danses qui nous ont fait voyager et transportés :

Tout d’abord celle d’A. qui exécute une danse Burundaise devant un vidéo-clip qu'il avait réalisé au Burundi


Musique et danse, A. partage ses passions

La LOCO participe à mobiliser les bienfaits d’une ouverture culturelle : enrichissement personnel, restauration de l’estime de soi, facilitation de la rencontre, levier d’expression. Elle propose aux résidents du CADA, via les bénévoles qui les accompagnent, de participer à la pratique culturelle et de bénéficier de visites de musées. Ces actions participent et accompagnent les réfugiés dans l’apprentissage du français au travers de la découverte de la culture de leur pays d’accueil. 

Jusqu’à Noel A. animait, au sein de l’école publique de Saint-Beauzire en Haute-Loire, une heure de danse avec les petits puis avec les grands les vendredis matin. Éducateur de danse pour enfants dans son pays, A. a fait preuve d’un vrai professionnalisme. Échauffement, décomposition des gestes, adaptation aux niveaux de motricité … A. a choisi d’enseigner aux enfants la danse des pêcheurs : une danse rythmique qui reprend les gestes de la pêche comme lancer le fil, ramer, tirer le filet etc. Une danse traditionnelle du Burundi. Atelier de danse burundaise avec A.

Démonstration de danses traditionnelles afghanes et françaises


Envoyés en exil sur les routes d’Europe,
ils sont arrivés en France, à Saint-Beauzire,
en ils se souviennent de leur pays, l’Afghanistan. 
Là dans leurs chambrées, il leur arrive d’écouter leurs musiques. 

Parfois, des membres de la LOCO les voient danser sur ces musiques.
Des membres de la LOCO leur demandent de danser parfois, comme ce soir.

Ce qu’ils ont fait devant nous… La musique vient de s’arrêter et les voici immobiles. Comment danser leurs danses de joie, ici, en terre étrangère ? Comment danser alors qu’ils sont en exil, loin de leur pays, loin des terres de leurs ancêtres, loin de leurs familles, loin de leurs enfants ? Qu’est-ce qui peut les remettre debout ? Qu’est-ce qui peut les aider à croire qu’une vie est possible ici ? Sans qu’ils oublient les leurs ? Des mains tendues. Des regards et des partages. Une proximité d’habitants qui leur permette de lire leur nom sur nos lèvres quand on les appelle, Qui leur donne, parce que nous leur sommes proches,  de se voir dans nos yeux…

Des bénévoles  de la LOCO (Françoise et François, Jean-Marie, Florence, ...), d’autres habitants membres du groupe de musique traditionnelle française (Bernadette, …) les ont rejoints sur scène, les relèvent, les prennent par la main, puis font une ronde… Une musique  et les voilà qui dansent ensemble une danse traditionnelle française…

Puis, la musique afghane reprend et tous dansent ensemble…

Le spectacle s’est terminé sur cette image d’habitants qui tendent la main aux demandeurs d’asile et aux réfugiés du territoire, comme à toute autre personne du territoire, preuve que tous les français ne sont pas pour la loi immigration. Elle s’est terminée par cette danse qui met en avant des habitants du territoire qui vivent ensemble.

« Malgré -7 ° à l’extérieur, la soirée du samedi 20 janvier que La LOCO a organisée avec toute sa généreuse et talentueuse équipe... soirée répondant au joli nom de "Festisol" a été très poignante. 

Des danses, des poèmes, des témoignages.... de 20h jusqu'à 23 h passées.  Je viens vous remercier vivement car il est bon de le dire et savoir expliquer ce que l’on reçoit.... De cette constance, cette grandeur d’âme, il me reste un point à exprimer: Reconnaissance et Merci pour ce bienfait apporté!

Je vois aussi par là, les beautés et les capacités à découvrir en chacun de ces jeunes gens courageux. Douloureux ils le sont mais fiers, forts et déterminés.
L'absence féminine m’a bien sûr marquée et assombrie. Je souhaite qu’une honnête transformation se fasse dans leur cœur pour que l’ouverture au monde féminin leur apporte considération et respect. 

L’intégration passe par là aussi. 

Je voulais vous envoyer une vidéo et qui montre un peu l’ambiance lors du chant "Jambo" "hakuna matata"..... La vidéo est trop lourde.... désolée..... mais vous aurez certainement des enregistrements. 

À la fin toute la salle, pleine de monde, était debout à danser, reprendre les paroles connues et frapper dans les mains. Ce chanteur et danseur qui est du Burundi, je crois et professionnel dans son pays, est vraiment très talentueux. 

La chanson qu’il a chantée en dernier, entre autres chants, m’a beaucoup touchée; une chanson pleine de poésie, de mélodie.... Accompagnée de la musique avec son casque et les musiques qui s’ajoutaient, il a fini en douceur a cappela. Très beau!

Avec les danses afghanes, les danseurs et danseuses de danses folkloriques d’Auvergne qui se sont joints à eux et les ont fait danser aussi sur nos propres danses, il y a eu comme un moment de grâce, simple, naïf, bienveillant, fraternel. Ces hommes qui pouvaient danser avec des françaises, sans a priori, c’était fort. 

Voilà mon ressenti.....
Encore merci!
Parfois, souvent si l'on manque de tonus, cette stimulation fait du bien....
Si les énergies et l’allant ne sont pas les mêmes dans les épreuves que chacun peut traverser, rebondir est un vrai talent, une force. Bravo à vous tous!
j’ajouterais encore une réflexion....
Lorsque ces jeunes gens courageux sont là à parler de leur cas, de leur parcours, les belles personnes qui les ont accueillis tout au long de cette soirée (et tous les jours) sont les Braves. 


Isabelle, bénévole de la LOCO et habitante du territoire

 

Lundi 22 janvier 2024

Les plus récents